mercredi, octobre 12, 2005

Le sport et son influence sur le moral français.

Ce qui suit fait la première page de plusieurs journaux parisiens aujourd’hui.

La France championne du monde de foot en 98…. (vous vous souvenez du refrain: « On est les champion! On est, on est, on est les champions » Eh bien ! Ce soir, c’est le moment ULTIME pour l’équipe des Bleus et Zizou de se qualifier… pour la Coupe du Monde en Allemagne l’été prochain. Ils doivent battre (que dis-je??? il doit y avoir victoire fleuve) Chypre au Stade de France et l’Irlande doit battre les Suisses. (pour les details: http://www.lefigaro.fr/sport24/20051012.FIG0264.html désolé.. le lien ne dirige plus vers le bon endroit)

Mais C’EST PLUS QUE DU FOOT… c’est de la fierté, de la rentabilité et une question économique.

Pour comprendre l’enjeu de TAILLE lisez ceci: http://www.lefigaro.fr/sport24/20051012.FIG0263.html?080256 (désolé.. le lien ne dirige plus vers le bon endroit)

Extraits:
“Onze hommes qui courent après un ballon peuvent-ils influer sur le moral des Français ? «Bien sûr que oui, souvenez-vous de l'été 98 : après la victoire des Bleus en Coupe du monde, la popularité des hommes politiques s'était envolée et la consommation avait redémarré»

« …entre mai et septembre 98, la cote de popularité du président de la République, Jacques Chirac, était passée de 49% à 67%. Et l'indice de confiance des ménages calculé par l'Insee avait progressé de sept points, ce fameux mois de juillet où Didier Deschamps et les siens avaient soulevé la coupe au Stade de France…. »

« …En revanche, une élimination pourrait prendre des allures de catastrophe nationale. Après le non au référendum le 29 mai, la claque encaissée début juillet par Paris non retenu pour accueillir les Jeux de 2012, ce serait la confirmation que décidément rien ne marche dans ce vieux pays. Que la France n'est plus une grande puissance admirée à l'étranger, mais une principauté aigrie sans ressort ni énergie. «L'élimination serait la cerise sur le gâteau, précise Stéphane Rozès. Elle renforcerait encore un peu plus l'idée du marasme dans lequel est englué le pays.»

1 Comments:

Anonymous Bozo le Clown said...

Je veux bien croire que cela influe sur le morale des français, du moins à court terme. Mais le moral bas dont le Figaro fait état n'a pas tant à voir avec la décision du comité olympique ou le non au référundum. J'aimerais d'ailleurs qu'on m'explique en quoi est-ce qu'un vote choisi par la majorité des français peut casser le moral des... français! À moins que pour le Figaro, le moral des français se mesure exclusivement auprès du MEDEF...

Non, la morosité nationale, si morosité il y a, s'explique avant tout par l'impuissance que ressentent les français face au capitalisme mondial (privatisation, délocalisation, difficulté de conserver les acquis sociaux, etc.) Le marasme ou le malaise français n'est pas pire que ceux dans lesquels sont "englués" les autres pays développés. Il n'est le résultat que d'une érosion mondiale de la part des salaires dans la valeur ajoutée due à une concurrence sans entrave entre des travailleurs entretenant des rapport de force très variables avec le capitalisme.

Ceux qui voudraient nous faire croire le contraire en France n'ont qu'une idée en tête : pointer du doigt le système social français pour le démolir le plus rapidement possible. Rien de très surprenant somme toute venant de gens publiés dans Le Figaro.

1:37 PM, octobre 12, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home